L’art virtuel

Quatre artistes africains présentent leur travail dans de courtes vidéos dont vous trouverez les liens dans cette page
Art virtuel. Quatre artistes africains présentent leur travail sur vidéo-pilules
Casa África ouvrira les portes virtuelles de son exposition d’art contemporain afin de présenter le travail de quatre artistes africains à la carrière internationale. Grâce à de courtes vidéos que nous mettrons sur nos réseaux sociaux, vous pourrez découvrir la vie et l’œuvre de Tchalé Figueira (Cap-Vert), Myriam Mihindou (Gabon), Mamadou Gomis (Sénégal) et Michèle Magema(République Démocratique du Congo).

Ces quatre artistes vous transmettront, à travers leur travail, non seulement des émotions, mais aussi des messages pour faire réfléchir à votre existence, aux problèmes sociaux ou à la vie en général.

Vous pourrez retrouver une vidéo de chacun de ces artistes toutes les semaines pendant le mois de juin puis un montage des vidéos des quatre artistes. Ces vidéos seront disponibles sur notre chaîne YouTube et en suivant les liens de cette page.

 

Tchalé Figueira naît à Mindelo, sur l'île de São Vicente. Après avoir voyagé pendant des années, il s'installe en Suisse où il débute sa carrière artistique en fréquentant une école de design artistique de Bâle de 1974 à 1985. Lorsqu'il retourne sur l'île de São Vicente, tout comme son frère, il aménage son studio près du port de Mindelo dans l'ancienne maison familiale. En plus de ses peintures, il écrit des poèmes et chante dans un groupe. Son travail a fait l’objet d’expositions en France, au Portugal, en Espagne, en Angola, au Sénégal, aux États-Unis et dans son pays natal, le Cap-Vert. [Voir la video]

 

Michèle Magema naît en 1997 à Kinshasa (République démocratique du Congo). En 1984, elle déménage en France pour ses études. En 2002, elle obtient un diplôme de l'École des Arts de Paris-Cergy. Elle est également titulaire d'une licence de beaux-arts de l'Université de Paris. Magema concentre son travail sur les domaines de la photographie, du montage et de la vidéo. L’art vidéo constitue un parfait support pour la libre expression poétique, sociale et politique. Magema interprète d’ailleurs elle-même le personnage principal de ses vidéos. De plus, elle met avant tout l’accent sur l'échange permanent entre la culture de son Congo natal et celle de sa France d'adoption. Son œuvre artistique est étroitement liée avec les thématiques sociétales et politiques, mais aussi avec l'existentialisme et l'anthropologie. Lors de la Biennale de Dakar 2004, elle remporte le Grand Prix Léopold Sédar Senghor pour sa vidéo en double projection simultanée "Oyé-Oyé" qui a connu un succès international. Ses œuvres sont actuellement exposées dans de nombreux endroits partout dans le monde. [Voir la vidéo]

 

Mamadou Gomis naît au Sénégal en 1976. Il est le président et fondateur de la Fédération Africaine sur l'Art Photographique (FAAP), qui regroupe plus de 160 photographes de trente nationalités différentes. Gomis est un photographe professionnel, chercheur, conseiller, qui donne souvent des conférences, des cours de photographie ou des cours dans des centres de formation et des universités, entre autres, en Afrique et dans le monde entier. En outre, ses photographies ont été exposées partout dans le monde : au Dakar, Lagos, Accra, Addis-Abeba, Le Cap, Maputo, Washinghton DC, New York, Berlin, Madrid, Las Palmas de Gran Canaria, Barcelone, Paris, etc. On peut retrouver ses clichés dans une douzaine de livres. Il est le chef du projet intitulé "Le Parlement des femmes africaines", qui réunit plus de treize photographes venant de cinq pays différents, dont huit africaines. Gomis travaille en partenariat avec plusieurs journaux nationaux et internationaux, des ONG et des agences de presse internationales. [Voir la vidéo]

Myriam Mihindou est originaire du Gabon, mais s’installe en France à la fin des années 1980. Elle entre à l'École supérieure des Beaux-Arts de Bordeaux et obtient son diplôme en 1993. Le trouble du langage duquel elle est atteinte la pousse à chercher un autre moyen de s’exprimer. Elle se dédie d'abord à la sculpture et à la forge, qui lui apparaissent comme un mécanisme thérapeutique. Très vite, elle fait la découverte du Land Art, de Joseph Beuys et d’Ana Mendieta qui l'amène à explorer des possibilités davantage liées à la nature avec des matériaux organiques (terre, eau, soleil, paraffine, kaolin, thé) à travers des actions codifiées. Mihindou développe un langage visuel multidisciplinaire, puisqu’elle touche autant à la photographie qu’à la vidéo, la représentation, le dessin ou la sculpture. Au gré de son nomadisme, du Gabon à la Réunion, de l'Egypte au Maroc, elle nourrit son travail de ses rencontres géographiques et culturelles. Hautement autobiographique, ses créations sondent la mémoire, l'identité et le corps social, politique et sexuel. [Voir la vidéo]       

   

Dans le cadre du développement des activités du projet África Vive, Casa África travaille en partenariat avec la mairie de Tenerife. Casa África bénéficie aussi du soutien de l’AMAC  (Association de femmes africaines des Canaries) et de la FAAC (Fédération des Associations africaines des Canaries).

 


 
 
 
Compartir con:
 
 
Newsletter

E-Newsletter


Recevez notre bulletin électronique hebdomadaire sur les activités et les nouvelles de Casa África.
 

Quién es Quién en África


 

  • Filter by:
 
of415

There are no results for this search
 

Efemérides


Prix de Casa África


Prix de l’Essai, Prix Griot d’ébène, Prix de cinéma,...